Lettre ouverte de Forgeons l'avenir à Mme la Préfète...

Madame La Préfète de l’Essonne,

 

Je préside l’association FORGEONSLAVENIR.COM nouvellement référencée sur la commune de Forges les bains (W913007453) et c’est à ce titre que je vous fais part des éléments suivants :

 

Depuis le 2 septembre dernier, notre petite commune est plongée dans une situation de vive tension suite à la découverte des détails de la mise en place d’un CHU puis requalifié CAO devant accueillir initialement 191 personnes et 91 selon votre dernière lettre ouverte.

Depuis le démarrage de ce projet, notre commune n’a cessé d’être malmenée au rythme des décisions, déclarations et contradictions des différents intervenants sur ce dossier (Détails sur notre site www.forgeonslavenir.com).

Samedi 8 octobre, une manifestation sans précédent a rassemblé à Forges 250 à 300 personnes qui ont dénoncé vos méthodes et le projet que vous défendez.

 

Nous voulions vous faire part de notre dernier désagrément lié à l’implantation du centre :

   - Le samedi 8 octobre, nous constatons une fuite importante d’eaux brunes en provenance du centre sur la voie publique avec des odeurs significatives d’urée et d’ammoniaque.

Le jour même, nous avons informé Monsieur Robert de la mairie de Forges les Bains par mail.

   - Le lundi 10 octobre, Madame la Maire de Forges les Bains a été alertée de la situation par Monsieur SALANON et Monsieur VERGNIEUX tout deux habitants de Forges les Bains. Des mails, sms et appels ont été effectués auprès de Monsieur DEGUELLE, Monsieur TERRIS et a nouveau Monsieur ROBERT de la mairie de Forges les Bains sans déclencher de réaction de leur part en ce qui concerne la mise en sécurité de la zone contaminée.

 

   - Nous avons saisi le mardi 11 octobre, devant l’inaction évidente de la mairie, Madame LAPORTE de l’ARS et Madame TEDDIS de la PMI.

   - Nous avons déposé en mairie une lettre de mise en demeure de faire le 12 octobre et une seconde le 13 octobre à l’attention de Madame la Maire de Forges les Bains.

   - Le 14 octobre à 12h30, constatant que les écoulements continuent, que la pollution des trottoirs, sols et cours d’eau s’intensifie et qu’aucune protection n’est mise en place pour sécuriser la zone contaminée. Par ces motifs, nous déposons plainte à la gendarmerie pour mise en danger de la protection sanitaire de la population. Compte tenu des risques sanitaires, nous avons bien évidement demandé une sécurisation de la zone d’écoulement des eaux insalubres où circulent de nombreux enfants, riverains et migrants. Rien n’a été fait !

   - Le 14 octobre à 13h30, un camion de vidange vient intervenir sur le site.

 

Comment expliquer que nous devions attendre une semaine pour régler un problème sanitaire de cet ordre sur un site aussi sensible ?

Comment expliquer un tel silence et une telle inaction des élus et des services municipaux et de votre part sur ce dossier ?

 

Nous vous demandons de procéder à la décontamination des sols souillés par les eaux brunes dans le centre d’accueil et sur les voies publiques en utilisant des dé-contaminants non polluants. Nous vous demandons de réaliser des prélèvements bactériologiques et viraux dans les écoles, dans le centre d’accueil et dans le petit muce afin de s’assurer qu’il n’y a pas de présence d’éléments pathogènes.

 

Madame La Préfète, nous nous interrogeons donc sur la viabilité de ce site et sur la sécurisation des infrastructures de ce centre d’accueil. Nous avons la sensation, depuis le départ, d’être face à un projet mal préparé, diligenté à la hâte et donc, par le fait, dangereux pour les accueillants et les accueillis.

 

Madame La Préfète, nous souhaitons avoir accès au(x) procès verbal(aux) de la commission de sécurité pour l’ouverture du bâtiment accueillant 44 résidents depuis le 3 octobre après midi.

Nous demandons, une nouvelle foi, d’avoir accès aux résultats du diagnostic amiante réalisé sur le bâtiment incendié (demande formulée lors de la réunion de parents d‘élèves du 11 septembre dernier).

 

Enfin, Madame la Préfète, nous réitérons vivement notre demande de samedi dernier de la mise en place immédiate d’un moratoire sur ce projet démesuré pour la commune de Forges les Bains à l’heure où le ministère de l’intérieur recommande des projets à taille humaine intégrant l’avis favorable des communes concernées. Nous demandons que l’accueil du CAO de Forges les Bains n’excède pas 44 personnes (soit 2,5% de la population du centre bourg).

Lors de la consultation du samedi 24 septembre organisée en mode « référendum » par la Mairie de Forges les Bains avec une participation exceptionnelle de 63,3% des inscrits sur les listes électorales, 61% des habitants se sont exprimés en défaveur de votre projet. Nous vous demandons de prendre en compte et de respecter cet avis démocratique clair et massif.

 

Forges les Bains mérite un projet adapté, dimensionné, construit en transparence et réussi. Nous vous souhaitons, Madame la Préfète, bonne réception de la présente et restons à votre disposition pour trouver, enfin, une solution viable pour notre commune dans laquelle nous vivions, nous vivons et nous vivrons encore demain.

 

Je reste à votre disposition pour tout complément d’information et vous prie d’agréer, Madame la Préfète de l’Essonne, mes salutations distinguées.

 

 

Sébastien ROGER

Président de l’association FORGEONSLAVENIR.COM

Lettre ouverte de forgeonslavenir.com
Lettre adressée à madame la Préfète de l’Essonne, le 17 Octobre 2016
Courrier Mme la Préfète -17 octobre 2016[...]
Document Adobe Acrobat [229.5 KB]

Adhérez, rien de plus simple !

Soutenez-nous en adhérant à notre association : téléchargez, complétez et renvoyez le formulaire d'adhésion à forgeonslavenir.com, disponible ici:

Adhésion à l'association
Adhėsion-FORGEONSLAVENIR.pdf
Document Adobe Acrobat [116.4 KB]

Projet VITALIS

Quelques éléments sur le projet VITALIS, en face du Centre : 

  • 13 logements sociaux gérés par l'association "Monde en marge, monde en marche"
  • 60 appartements dont une partie en logements HLM
  • 9 terrains pour maisons individuelles

Pourquoi des hommes seuls ?

Réponse claire et sans équivoque de la ministre du logement Emmanuelle Cosse précisant les raisons pour lesquelles les migrants hommes sont séparés des femmes et des enfants (à partir de la minute 3:40, après la pub)

4 400 migrants différents sur 4 ans...

91 migrants, sur une première période de 2 ans, et une durée de présence moyenne de 1 mois : on parle donc de près de 2 184 personnes différentes qui auront séjourné sur la commune. Vous avez dit intégration ?

Les ratios de Madame Hidalgo... qui sous-entend que 4 migrants pour 1000 personnes (Paris) semble être déjà une limite très haute! En appliquant ce ration à Forges, on serait donc à 8 migrants si on ne considère que le bourg. Chiche ?

Avec le projet en l'état, on serait sur 46 pour 1000, soit presque 12 fois plus que Paris en proportion !!!

Réseaux sociaux

Visiteurs