L’Etat est passé à Forges... et la reconstruction va être longue...

Un dossier d'implantation d'un CHU qui démarre en douceur à partir du 28 juillet par un coup de fil de la sous-préfecture à la mairie annonçant le démarrage de 500 000 euros de travaux et un conseil municipal qui considère que comme c'est la période des vacances, on attendra la rentrée pour communiquer auprès des habitants... dans la colonne faits divers de La Petite Forgeoise.

 

Réveil de quelques habitants le 2 septembre sur un premier projet de 191 hommes dans un CHU pour demandeurs d'asiles. 191 hommes c'est presque 11% de la population du centre bourg (1750 habitants).

 

Un rassemblement de Forgeois Le 5 septembre à la mairie, un incendie criminel inacceptable le 6 septembre, suivi d'une vague médiatique sans précédent sur notre commune.

 

Réunion d'information de la préfecture avancée à la hâte au 8 septembre avec l'ambiance que l'on connaît. Les écoles et associations de parents d’élèves n’ont pas été informées... allez, vite, on improvise aussi une réunion de parents d'élèves le 11 septembre avec 40 gendarmes sur place.

 

Un projet de CHU puis CAO qui se fait à géométrie variable en fonction des déclarations du gouvernement, de la préfecture, de La Mairie de forges, du procureur de la république et de la Mairie de Paris, on n'y comprend plus rien.

 

Petite cerise sur la gâteau, Le conseil municipal de Forges improvise une consultation en informant la population Le jeudi (réception des bulletins de votes sur papier infalsifiable dans les boites aux lettres) pour un vote le samedi.

 

Résultats : 63% de participation (meilleure participation de toute les dernières élections municipales comprises…hors présidentielles) et 61% de non au projet!!! Sans appel? Non, en grande démocrate, Mme Le Maire nous indique qu'elle « aimerait connaître l'avis des 40% qui ne se sont pas exprimés ». En fait ils sont 36,63% à ne pas avoir votés.

 

Le mercredi suivant séance publique du conseil municipal. 150 personnes sont à la Mairie pour connaître la position du conseil municipal suite au vote de samedi en défaveur du projet. En fait, par un avis affiché sur la porte de la mairie, il est impossible d’aborder le sujet, impossible aux élus de poser des questions et interdit aux Forgeois d'interroger leurs élus. Circulez il n'y a rien à voir et surtout rien à dire. Même si quelques élus (4) ont le courage d’échanger avec les Forgeois présents, le mal est fait, la fracture est réelle.

 

Oui vous avez voté non mais le projet continuera et votre avis… Et bien ne change rien, c'est juste un...avis.

 

Lundi 3 octobre à 9h on dépose un préavis de manifestation en mairie (envoi par recommandé à 9h30 à Mme la préfète de l’Essonne) pour porter la voix de la minorité des 61% de Forgeois qui se sont exprimés sur ce projet mais dont l'avis ne compte pas. A ce moment, personne ne réside dans le centre.

 

Ce même lundi à 14h30, les 44 premières personnes arrivent sur le centre comme par magie et dans la plus grande opacité. Belle preuve de confiance de la préfecture envers les élus du conseil municipal.

 

Samedi, manifestation pour demander un moratoire au projet et limiter l'accueil à 44 personnes soit 2,5% de la population du centre bourg. Cette demande correspond aux souhaits du gouvernement d’installer des centres à taille humaine dans les petites communes (cf déclarations de Bernard Caseneuve,  Maire info 22 septembre 2016). Pas un élu de notre commune dans le cortège, notre député, sénateurs, conseiller régional et départemental avaient tous marché ou piscine (c'est vrai, c'était samedi). Evidemment aucune réponse de ces mêmes élus à nos sollicitations...

 

L’État doit faire de Forges un exemple de fermeté où toute reculade est impossible.

 

Peu importe que 91 personnes représente 5% de la population en centre bourg à moins de 100 mètres d'une école.

 

Peu importe que ce ratio soit de loin un des plus élevés pour une implantation en centre ville et bien loin des standards définis par…l’Etat (B. Cazeneuve : "5600 réfugiés déjà accueillis sur 161 centres", soit une moyenne de 35 réfugiés par centre)

 

Peu importe l'avis et les inquiétudes des habitants.

 

Peu importe en fait, l'Etat ne cèdera pas à Forges, et ce d’autant moins que la position de la municipalité est pour le moins…sans position.

 

On changera de méthode pour les autres, on fera attention aux proportions et à l'équilibre des futurs projets à taille humaine pour favoriser la bienveillance entre les accueillants et les accueillis.

 

Forges est un dossier qui a valeur de symbole et l'Etat veut passer son projet en force !

 

Nous continuons à demander un moratoire sur la seconde tranche de travaux et ainsi de limiter l’accueil à 44 personnes sur notre commune. Ce geste de l’Etat permettra d’atténuer les fortes tensions actuelles.

 

L’Etat achève son travail à Forges... et la reconstruction risque d’être très très longue....

Adhérez, rien de plus simple !

Soutenez-nous en adhérant à notre association : téléchargez, complétez et renvoyez le formulaire d'adhésion à forgeonslavenir.com, disponible ici:

Adhésion à l'association
Adhėsion-FORGEONSLAVENIR.pdf
Document Adobe Acrobat [116.4 KB]

Projet VITALIS

Quelques éléments sur le projet VITALIS, en face du Centre : 

  • 13 logements sociaux gérés par l'association "Monde en marge, monde en marche"
  • 60 appartements dont une partie en logements HLM
  • 9 terrains pour maisons individuelles

Pourquoi des hommes seuls ?

Réponse claire et sans équivoque de la ministre du logement Emmanuelle Cosse précisant les raisons pour lesquelles les migrants hommes sont séparés des femmes et des enfants (à partir de la minute 3:40, après la pub)

4 400 migrants différents sur 4 ans...

91 migrants, sur une première période de 2 ans, et une durée de présence moyenne de 1 mois : on parle donc de près de 2 184 personnes différentes qui auront séjourné sur la commune. Vous avez dit intégration ?

Les ratios de Madame Hidalgo... qui sous-entend que 4 migrants pour 1000 personnes (Paris) semble être déjà une limite très haute! En appliquant ce ration à Forges, on serait donc à 8 migrants si on ne considère que le bourg. Chiche ?

Avec le projet en l'état, on serait sur 46 pour 1000, soit presque 12 fois plus que Paris en proportion !!!

Réseaux sociaux

Visiteurs